Burkina faso 2019

Coucou, nous sommes désolés pour le retard sur notre communication mais la connexion wifi était impossible dans le village du chantier.

Tout le monde est en bonne santé, et nous vous donnerons des nouvelles régulièrement…on espère

Vendredi 25 janvier 2019

Roissy 9h, le groupe Burkina 2019 commence à se rassembler. Les valises contenant le matériel que l’on apporte au Burkina (livres scolaires, matériel médical et médicaments, vêtements bébé, …) arrivent par la camionnette du CE RATP grâce à Ramon le plus ancien bénévole d’échanges. Nous partons chacun avec 2 valises de 23Kg en soute et 1 valise de 12Kg cabine.

Nous décollons vers 13h15 pour le Ghana. Depuis l’année dernière Air France ne voulant plus que ses équipages dorment à Ouagadougou, nous devons donc faire une escale de 3h à Accra avant de repartir pour Ouaga. Nous atterrissons vers 22h, après un passage aux douanes nous sommes accueillis par les amis d’Action+ heureux de retrouver les anciens de la mission 2018 et de faire connaissance avec les nouveaux.

Après le chargement des valises dans un Van et dans le bus nous prenons la route de Ziniaré. Miracle, la route entre les 2 villes est enfin terminée ce qui nous permet de gagner du temps de trajet. A Ziniaré minuit, nous dégustons un plat de spaghetti burkinabé arrosé de la bière nationale : la Brakina.

Nous rejoignons l’hôtel que notre camarade Hamado (président d’Action+) nous a trouvé en centre-ville (hôtel avec chambre climatisée). Rapidement chacun d’entre nous regagne ses appartements pour un sommeil réparateur.

Notre hôtel

Samedi 26 janvier 2019

le groupe sur la route

Rendez-vous 9h dans le patio de l’hôtel afin d’aller prendre notre petit déjeuner dans le Maki (Auberge) de Paul, un ami des années précédentes qui a fait son apprentissage de cuisine en France. Après une courte visite au père d’Hamado nous rejoignons la maison de la femme pour une réunion de début de mission avec les 2 associations  ou nous abordons :

  • Les conditions de sécurité pendant le séjour.
  • Le planning des travaux à Danaogo
  • Les activités culturelles et sportives à Absouya et Danaogo
  • L’organisation de la journée d’inauguration
  • L’organisation de la semaine Rencontres et Découvertes  

C’est une réunion riche en échanges.

Nous retournons chez Paul pour déjeuner. Le reste de l’après-midi est consacré au ravitaillement pour la semaine à venir. Le soir, ACTION+ nous a organisé une soirée d’accueil qui s’est révélée être une grande surprise. Nous avons rencontré les présidents d’association dans une boite de nuit à la burkinabé … discours, chansons, danses.

Tout le groupe était ravi, nous avons diné dans un restaurant où nous avons dégusté des brochettes spécialité du pays et nous sommes allés nous coucher sous un ciel joliment étoilé.

Dimanche 27 Janvier  2019

Après un petit-déjeuner chez Paul, nous voilà sommes partis dans le village de notre chantier : Danaogo. Nous sommes accueillis par un groupe de femmes qui effectuent des danses traditionnelles. Nous traversons le village entre deux rangées d’hommes qui nous souhaitent tous « Bonne arrivée » en nous serrant la main afin de nous rendre dans la case du chef. Après le protocole de bienvenue nous nous rendons sur le lieu du chantier. Toute la population nous accompagne, nous constatons que les travaux ont bien avancé.

Nous reprenons le car afin de nous rendre sur notre lieu d’hébergement à savoir Absouya. A nouveau nous sommes accueillis chaleureusement, et les visages souriant de nos amis de la mission 2018 attestent de leur joie de nous retrouver. Après dépose des bagages nous prenons possession de notre lieu de villégiature. C’est la salle des fêtes où tels des indiens nous installons nos matelas et nos moustiquaires en rond pour notre semaine de travail.

Mise en place des moustiquaires

Lundi 28 Janvier 2019

Une partie du groupe se rend sur le chantier pour commencer les travaux : pavage du devant de l’atelier avec des pierres ramassées par les femmes du village ; construction d’un hangar de façon traditionnelle avec les anciens du village, celui-ci devra accueillir les métiers à tisser, et enfin construction d’un faux- plafond sous la direction d’Hamado (Président d’Action+). Deux participants restent à Absouya pour répertorier les bagages solidaires.

Dans l’après-midi le groupe a finalisé son installation et a pris un bon moment de repos bien mérité afin de récupérer et du voyage et de la différence de température.

Mardi 29 Janvier 2019

Le matin tout le groupe s’est rendu sur le chantier : le hangar et le pavage sont terminés mais une partie du groupe s’est attelé à la construction d’un parcours d’un mini-golf burkinabé à l’usage des enfants de l’école de Danaogo. L’après-midi a été consacrée à la répétition de chants avec les élèves, accompagnés entre autres par nos deux musiciens (saxophone et ukulélé). Nous avons terminé la journée par la projection « du Livre de la jungle » devant une bonne centaine de petits yeux enchantés.

Les enfants aident à la construction du hangar
Mise en place du pavage

Mercredi 30 Janvier 2019

Une partie d’entre nous se détache du groupe pour rejoindre l’école primaire d’Absouya afin de présenter une démonstration de lavage de mains et de lavage de dents. Pour le lavage de mains, un petit montage simple « le Tippy Tap » est présenté aux élèves ainsi qu’aux professeurs et pour le lavage des dents nous disposons d’une mâchoire en résine et de brosses à dents ce qui permet de faire faire la démonstration aux élèves.

Pour clore la séance, Christian présente son saxophone (ici ils ne connaissent pas du tout cet instrument) et leur fait un petit concert. Les enfants sont ravis.

En début d’après-midi nous sommes reçus par le maire d’Absouya qui est ravi de retrouver l’équipe d’Echanges et Solidarité.

Devant la mairie avec le maire d’Absouya

Jeudi 30 Janvier 2019

A nouveau le groupe se sépare en deux parties :

  • Un groupe va au chantier attaqué les travaux de peinture des murs et volets
  • Un second groupe part à la découverte de l’agriculture locale : « le maraîchage ». Ce sont des terrains près du lac du barrage ou les  paysans cultivent des tomates, des concombres et des aubergines. A cause de la corruption il n’existe aucune usine de conditionnement des légumes au Burkina ce qui fait que leurs récoltes partent au Ghana. Le second problème de nos amis : ils ne sont pas autorisés à cultiver leurs parcelles parce que l’eau du barrage alimente Ouagadougou en eau potable.
  • Après la visite du maraîchage, un petit groupe sous l’impulsion de Michel Privat part au lycée d’Absouya afin de présenter la démonstration de lavage de mains et de lavage de dents suivie de la présentation du saxo de Christian qui leur interprète quelques morceaux entraînants.

Le soir, une séance de cinéma réunit une centaine d’enfants qui rit beaucoup aux aventures des personnages de l’Age de glace.

Vendredi 1 février 2019

Nous sommes à la veille de la fête pour la remise des clés donc tout le monde sur le pont pour terminer les travaux de peinture, le faux plafond et faire un grand nettoyage. En début d’après-midi quelques lycéens viennent dessiner des fresques sur le mur de l’atelier.

Avant de reprendre le boulot après le déjeuner nous allons visiter le CSPS que nous avons réhabilité en 2018. Nous pouvons constater que l’entretien s’est poursuivi tout au long de l’année et que le centre de santé est beaucoup utilisé ce qui est essentiel pour la population locale. Dans l’après-midi nous avons la surprise de recevoir un bouc vivant de la part du père d’Hamado. Nous le rapportons à l’hébergement en attendant qu’il rejoigne nos assiettes.

Samedi 2 février 2019

Officiels à la remise des clés

C’est le grand jour pour la remise des clés de l’atelier de  Tissage. Les amis d’Action+ nous ont fait confectionnés de magnifiques tenues traditionnelles pour assister à la cérémonie. Des personnalités se sont déplacées de Ziniaré, ainsi que le maire d’Absouya, le Roi du village et les autorités religieuses. La cérémonie officielle débute par l’hymne burkinabé joué au saxo par Christian et chanté par les enfants de l’école de Danaogo ;

Christian joue l’hymne national Burkinabé; les enfants chantent

Viennent ensuite les discours officiels, une chanson et des danses orchestrées par Patrick avec les enfants de l’école ; des danses traditionnelles par les femmes de Danaogo, une remise de vêtements pour les petits des familles défavorisées et enfin la visite de l’atelier.

Nous déjeunons tous ensemble autour d’un repas communautaire en dégustant notre ami « le bouc » que nous avions fini par adopter. Entre temps environ 8 poules et coqs vivants nous sont offerts en remerciements de notre travail.

Après une petite sieste bien méritée nous retrouvons Danaogo pour de nouvelles festivités avec les enfants.

Transport de Nos Plus Belles Girls en tenue traditionnelles

Nous avons construit grâce à l’ingéniosité de Danièle 6 parcours de mini-golf. Environ 180 enfants se sont essayés à l’aide de boules de billard et de maillets. Ce fut un moment de joie de rires et de partages. Nous remercions vivement le directeur de l’école pour son aide et son écoute.

Parcours de Golf Burkinabé

Le soir nos deux cuisinières (Ave Maria et Rama) nous ont cuisiné les gallinacées. La soirée se termine par des danses avec les jeunes du village.

Dimanche 3 Février 2019

Nous prenons la route pour Ziniaré après avoir salué le Roi du village. Une fois arrivés nous partageons un repas solidaire avec l’association PASS NERE (association présidée par Esther) qui a pour objectif d’insérer les enfants handicapés ou les enfants de parents handicapés dans un cursus scolaire. Après le repas nous assistons à un concert fort apprécié et bien sympathique.

Diner et concert à Pass Nere

Dans la soirée nous regagnons notre hôtel où nous nous installons pour deux jours.

Lundi 4 Février 2019

Après le petit-déjeuner matinal, nous sommes reçus par le maire de Ziniaré pour un échange sur la politique, le social et l’histoire de la ville.  Nous poursuivons notre matinée par la visite du musée en plein air de « LAONGO », c’est un terrain rempli de blocs de granit où tous les deux ans des sculpteurs du monde entier viennent réalisés des œuvres autour de la solidarité. Nous terminons par la visite du village de l’Opéra (site écologique construit sous l’impulsion d’un acteur allemand) qui regroupe école primaire, centre de soins et bâtiments pour l’étude du cinéma et de la musique.

En fin d’après-midi, nous avons rencontré une association de femmes dans un lieu dénommé « La Maison des femmes ». Nous avons été reçus par la Présidente et le bureau de l’association. Elle a pour vocation à lutter pour les droits des femmes burkinabé-es. La condition des femmes au Burkina est particulièrement difficile ; elles vivent de terribles violences physiques et subissent encore des mariages forcés. Cette association travaille sur la prévention en sensibilisant la population au travers de pièces de théâtre, sur l’accueil des filles- mères et leurs émancipations par des formations professionnelles.

Mardi 5 Février 2019

Nous partons pour le musée des masques de MANEGA mais une erreur de parcours nous impose un retour sur OUAGADOUGOU. Nous déjeunons dans un restaurant appelé La Palmeraie, charmant endroit très arboré et fleuri et surtout bien sécurisé.

Notre après-midi est consacré à la visite du marché artisanal en vue de l’achat de l’artisanat personnel mais aussi pour l’association.

Nous terminons notre journée par une rencontre débat sur le thème de la solidarité avec une association de jeunes de Ziniaré et les membres d’Action+.

Mercredi 6 Février 2019

Notre journée se passe dans le bus afin de regagner la région de BANFORA, région verdoyante et connue pour ses cascades.

Jeudi 7 Février 2019

Le groupe s’équipe de bonnes chaussures pour une randonnée sur le Mont Sindou. C’est un lieu magique composé de rochers de grès qui au fil du temps par l’érosion permet à l’imagination d’interpréter les formes modelées dans la roche de couleur rouge.

Les rochers du parc de Sindou

Nous visitons ensuite le village des potières et nous assistons à la démonstration d’un modelage d’un pot en terre. Nous finissons notre visite du matin par la vannerie effectuée par les femmes (corbeilles de toute taille) et qui ont la particularité de travailler sous terre afin de conserver la flexibilité des feuilles de rôniers (palmiers). Nous avons fait des achats pour l’artisanat.

Pots en terre

Nous déjeunons dans notre hôtel. Pendant le repas nous recevons une mise à jour de la carte du Burkina envoyée par Ariane qui nous indique que Banfora est passée en zone orange, ce qui signifie qu’il est déconseillé aux ressortissants français de rester dans cette région. Nous décidons donc de quitter Banfora et de regagner une zone sécurisée.

L’après-midi nous rencontrons une coopérative familiale de femmes qui travaillent, entre autre, à la transformation du manioc qui leur permet une indépendance financière afin d’envoyer leurs enfants à l’école.

Vendredi 8 Février 2019

Notre journée se passe dans le bus afin de regagner la ville de KOUDOUGOU, région sécurisée et accueillante.

Samedi 9 Février 2019

Dès 8 heures nous quittons l’hôtel pour rejoindre la Mare aux Caimans Sacrés de Sabou  qui est un site important depuis longtemps pour les habitants de la province du Boulkiemdé. En effet, selon les histoires rapportées par les Anciens, il y a très longtemps de cela, l’ancêtre des habitants de Sabou, qui était un chasseur, était perdu en brousse sans aucune source d’approvisionnement en eau. Assoiffé et affamé, au bord de la mort, un caïman est venu lui donner quelques gouttes d’eau provenant de sa longue queue restée humide. Ainsi sauvé, le chasseur transporta le caïman jusqu’à la mare sacrée de ce qui allait devenir Sabou et de gratitude lui jura protection. Depuis ce temps, les crocodiles sont sacrés à Sabou et ils vivent en harmonie avec la population. Nous avons donc assisté au sacrifice d’un poulet et nous avons pu nous approcher très près de ces caïman sacrés.

Les crocodiles sacrés de Sabou

Nous avons repris le bus pour visiter le musée d’ISSOUKA (l’un des quartiers de la ville de Koudougou), où se trouve un palais royal traditionnel. A 100m de l’entrée de la cour est posté une grande statuette de Naaba Boulgou, le grand père du Naaba actuel ; le Naaba saaga 1er. Cette statuette qui veille sur le domaine de la Chefferie, brille de mille feux à la tombée de la nuit montre qu’on est bel et bien à la porte d’un palais royal. Quelques pas de marche et on découvre la somptueuse cour royale avec ses multiples facettes, chacune avec des significations bien précise.

Musée d’Issouka

Nous avons ensuite pris notre repas au restaurant les 444 manguiers, où nous avons testé la manière burkinabé de manger, c’est-à-dire avec les mains !!!

Après une petite pause, nous avons visité le marché.

Dimanche 10 Février 2019

Avant de quitter Koudougou, nous passons voir le Palais du 1er Président de la République du Burkina. Tout est laissé à l’abandon, dommage….Le parc est immense, on y trouve même les deux Mercedes, en piteux état. Le palais quand à lui aurait pu constituer un centre culturel ou un musée.

Les 2 Mercedes du 1er président du Burkina à l’abandon

Nous prenons le Bus afin de rejoindre le parc de LOUMBILA BEACH. C’est un parc avec un hôtel bordant le lac de Ouagadougou où se retrouvent les burkinabés au niveau de vie élevé. Comme en 2018 c’est un lieu privilégié qui nous permet de souffler avant le retour sur Paris.

Lundi 11 Février 2019

Notre matinée est consacrée au musée des masques de Manéga

Masque
Cavalier Senoufo
Habitat traditionnel

Le musée de Manéga est une institution culturelle Burkinabé, il est entièrement consacré à la « Bendrologie », un néologisme qui recouvre les arts et les traditions de l’Afrique de l’Ouest. Il est considéré comme le plus grand musée privé du pays. Le musée rassemble de nombreuses pièces qui sont autant de facettes de la culture de ce pays : des masques, des stèles funéraires ou Yakouga, des amulettes et fétiches, des instruments de musiques rituels et des céramiques traditionnelles. Il présente également des reconstitutions d’habitats traditionnels, Peul, Mossi et Sénoufo. L’un des pavillons du musée est consacré aux esprits des Anciens (pavillon de la mort). Afin de respecter les prescriptions de l’au-delà, il est d’usage d’y entrer déchaussé et à reculons.

Nous passons notre après-midi pour les derniers achats au marché artisanal de Ouagadougou.

Mardi 12 Février 201

La matinée est consacrée à un debriefing avec Action+ sur la mission. Nous partageons un repas communautaire dans un restaurant tenu par des sœurs. L’après-midi nous préparons nos valises pour le retour. Nous rejoignons l’aéroport vers 18h et décollons pour Paris à minuit.

Premier article de blog

Il s’agit de votre tout premier article Cliquez sur le lien Modifier pour le modifier ou le supprimer ou commencez un nouvel article. Si vous le souhaitez, utilisez cet article pour indiquer aux lecteurs pourquoi vous avez commencé ce blog et ce que vous envisagez d’en faire. Si vous avez besoin d’aide, adressez-vous aux gentils utilisateurs de nos forums.